Trois bonnes raisons d’arrêter de culpabiliser

Pourquoi un article sur la culpabilité ? Parce qu’il est très important de se mettre au clair avec ce sentiment qui est juste un poison, qui ne sert absolument à rien ni à personne, et qui est pourtant très répandu et même presque inévitable quand on veut atteindre un objectif, quand on veut changer des choses dans notre vie.

Pour voir l’article en vidéo (sinon la lecture continue ci-dessous) :

Pourquoi le sentiment de culpabilité est-il si répandu ?

Car quand on veut changer des choses dans sa vie, c’est une évidence, ça prend de l’investissement : en temps, en argent, en énergie… et quasi automatiquement, quand on investit sur soi, on a l’impression qu’on « prend » quelque chose aux autres, ce qui entraîne ce fameux sentiment de culpabilité.

Alors qu’en réalité, la culpabilité c’est juste bon à mettre à la poubelle. C’est pourquoi voici maintenant trois bonnes raisons d’arrêter de culpabiliser.

Première bonne raison d’arrêter de culpabiliser

Ce qui est pervers, avec la culpabilité, c’est que nous, êtres humains, l’associons à la punition : quand on est coupable, on doit payer.

Or, comme en réalité on n’est coupable de rien, personne ne nous fait payer quoi que ce soit. Alors on s’en charge nous-même : c’est ce qu’on appelle l’autosabotage.

Lorsqu’on se sent coupable de vouloir atteindre un objectif, ou de faire les actions nécessaires pour atteindre notre objectif, on s’autosabote. On se met soi-même des obstacles sur notre route.

La conséquence, c’est que ça nous demande donc encore plus de temps, d’argent et d’énergie pour avancer. Ce qui vient encore nourrir notre sentiment de culpabilité.

On est alors parti dans une spirale infernale qui ne sert absolument à rien. Et qui est nocive aussi bien pour nous que pour les personnes qui nous entourent.

La première bonne raison d’arrêter de culpabiliser est donc de stopper cette spirale infernale.

Deuxième bonne raison d’arrêter de culpabiliser

En réalité, quand on y pense, la culpabilité, ça n’existe pas ! Enfin oui, ça existe, quand réellement, volontairement, on fait du mal à quelqu’un. Mais quand on poursuit un objectif, on ne fait de mal à personne. Au contraire, on se fait du bien. Et se faire du bien, c’est faire du bien aussi aux autres, par ricochet et par l’exemple que l’on donne !

Troisième bonne raison d’arrêter de culpabiliser

Quand on prend l’avion, au moment où les hôtesses et les stewards donnent les consignes de sécurité, ils expliquent qu’en cas de dépressurisation de l’air dans la cabine, des masques tombent du plafond. À nous d’enfiler ce masque pour pouvoir respirer convenablement.

Et ils insistent, pour les parents accompagnés d’enfants : ils doivent d’abord mettre leur propre masque, avant de mettre celui de leurs enfants. Parce que mettre son propre masque, ça prend une fraction de secondes. Après on est serein, en pleine possession de ses moyens pour pouvoir s’occuper des autres.

Alors que si on s’occupe d’eux en premier lieu, on respire de plus en plus difficilement, on se précipite, on est plus maladroit. Le risque, c’est de perdre connaissance et de ne plus être là pour eux. Et en plus, d’avoir soi-même besoin d’aide !

Cet exemple, qui vaut pour les voyages en avion, vaut aussi pour la vie quotidienne : que peut-on offrir de mieux à nos enfants et à tous ceux qui nous aiment que d’être heureux, épanouis et en pleine forme ?

Se permettre d’atteindre ses objectifs, se permettre d’investir sur soi ce qui est nécessaire en temps, en argent et en énergie, c’est comme ça que nous pouvons être au mieux avec nous-mêmes et donc avec les autres.

De plus, c’est un super exemple à donner aux autres aussi : oui on peut s’épanouir dans la vie, oui on peut se fixer des objectifs et se donner les moyens de les atteindre, oui on peut changer ce qui ne nous convient pas dans notre vie !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *