Sélectionner une page

Si aujourd’hui vous avez un sentiment de frustration, d’insatisfaction… Parfois même un malaise indéfinissable, le sentiment que quelque chose « cloche ». C’est qu’en effet quelque chose n’est pas juste dans la façon dont vous vivez votre vie. Et ce, que ce soit de manière globale ou que ça concerne l’un ou l’autre domaine de votre vie plus particulièrement.

Voir l’article en vidéo :

Comment trouver votre place à vous ? Cela passe par deux phases.

Première phase : se reconnecter à « qui je suis »

Il s’agit tout d’abord de renouer, de retrouver, de vous reconnecter à votre moi authentique. À qui vous êtes vraiment, à l’intérieur. Et donc à votre unicité.

C’est-à-dire renouer avec ce « qui je suis » dépouillé de tous les « il faut », « je dois »… De tous les schémas que vous avez peut-être mis en place pour une bonne raison à un moment mais qui sont obsolètes maintenant et qui vous limitent, qui vous pèsent sur les épaules… Qui vous empêchent de créer la vie qui est juste pour vous. De la manière qui est juste pour vous.

« Qui je suis » dénué également de tout jugement de ce qui est correct, de ce qui est bien ou mal, de ce que vous avez le droit de faire ou pas, etc.

C’est important de vous reconnecter à cette petite étincelle qui n’appartient qu’à vous et qui est pleinement vous.

Deuxième phase : l’alignement des planètes

À partir de là, vous pouvez créer cet « alignement de planètes » dont on entend souvent parler. Autrement dit, que votre moi authentique puisse dicter à la fois :

  • Ce que vous faites,
  • Ce que vous dites,
  • Et ce que vous pensez,
  • Ainsi que ce que vous ressentez.

L’ensemble est important. Si on met un morceau de côté, on perd l’alignement.

Imaginons que l’on met de côté le volet « ce que vous ressentez ». Si l’on ne s’autorise pas à ressentir ce que l’on ressent parce qu’on y met du jugement. Ou parce que l’on se dit qu’« il faut bien ». Que même si je n’ai pas l’énergie pour, mêmes si ça me rend triste, même si ça me pèse… Je dois le faire donc je le fais quand même.

Cela signifie que l’on nie une part de soi qui dit « Non, ce n’est pas juste, ce n’est pas la bonne chose pour moi. »

L’alignement des planètes fait que les choses peuvent être à la fois joyeuses, à la fois fluides et plus légères. Cela demande que tout cela sonne juste. Que « qui je suis » soit en cohérence avec ce que je fais, ce que je dis, ce que je pense et ce que je ressens.

On a tous déjà rencontré des personnes qui ont de beaux discours, qui ont l’air intéressantes… Puis en les écoutant on se rend compte que quelque chose ne sonne pas juste, n’est pas tout à fait net. C’est qu’il manque une pièce du puzzle dans l’alignement.

C’est égoïste !

Souvent, à ce moment j’entends dire : « C’est égoïste ! Tout ça demande de se regarder le nombril, mieux vaut se tourner vers les autres. »

Or c’est important de s’autoriser ça. C’est soit ça, soit on s’éloigne de cet alignement. Et plus on s’éloigne de cet alignement, plus on ressent des inconforts :

  • Maladies
  • Crises de colère
  • Maux de dos
  • Insomnies
  • Burnout
  • Dépression…

Autant de signes qu’on s’éloigne de l’alignement. Et que du coup on lutte contre soi-même et que cette lutte s’exprime par des inconforts divers et variés. Pour nous-mêmes bien sûr, mais aussi pour les autres !

À l’inverse, si je m’autorise à aller voir qui je suis et quels sont mes besoins, automatiquement j’autorise les autres aussi à reconnaître leurs besoins et à les vivre.

L’objectif n’est pas d’aller identifier mes besoins et de les imposer aux autres. Plus je m’autorise à être moi, plus j’autorise les autres à être eux-mêmes. Plus je m’autorise à me faire du bien plus j’autorise les autres à se faire du bien.

Une chose qu’il est pour moi très important d’avoir toujours à l’esprit c’est que plus je fais ce qui est bon pour moi, plus je fais ce qui est bon pour le plus grand nombre.